Jean-Pierre Vaubal - eleveur de visions

 

DECLARATION D'OUVERTURE D'UN ELEVAGE DE VISIONS 

A la retraite depuis Septembre 2006, j'ai eu le temps de revisiter les photos que j'ai prises depuis une bonne trentaine d'années.

Je ne suis pas photographe professionnel. Vivre d'une passion demande un courage ou une inconscience que je n'ai pas.

Je ne suis pas non plus un amateur éclairé : la technique ne m'intéresse pas. J'ai toujours fait confiance aux automatismes de mon appareil. L'ergonomie des divers boutons de réglage distrait des sensations trop fugitives qui affluent et la consultation d'écrans ésotériques perturbent l'œil et le cerveau occupés à faire un enfant photographique... Dans une très grande majorité des cas, la photo est fidèle à l'idée que je m'en faisais. Pour ce qui est de la minorité, il y a équilibre entre les ratages et les bonnes surprises ! Que celui qui n'a jamais obtenu une meilleure photo que celle qu'il avait imaginée me jette la première pierre (les menteurs et les prétentieux ne participent pas à cette lapidation).

Depuis longtemps, j'ai appris et accepté l'ABC de l'acte photographique : mon œil a une vision A, l'appareil enregistre une vision B et l'œil qui regarde la photo a une vision C. Tout est dit.

Première catégorie : ceux qui dissertent sur la vision B. Cela permet des heures de discussion devant une expo ou un portfolio. Cela ne me dérange pas tant que le mot objectivité n'est pas prononcé car les seuls matériaux de la discussion sont les visions C de chacun ! Cela donne aussi du travail aux rédacteurs des revues photo... que j'aime bien lire !

Deuxième catégorie :  ceux qui élucubrent sur la vision A. C'est aussi assommant que les commentaires de textes de mes années lycée et cela ne révèle en général que les manies, fantasmes ou intégrismes de l'auteur des propos sur la photo.

Ce site s'adresse à tous les autres.

Lorsque je déguste un plat ou un vin (parole de Bergeracois !), je ne cherche pas les intentions cachées du chef ou comment le vigneron aurait pu faire son vin autrement. Je déteste ou je reste indifférent ou j'aime, bref, je savoure en faisant simplement confiance à mes papilles...

Alors içi, faites confiance à vos pupilles !

                                                                                                                      Jean-Pierre VAUBAL, le 05/04/2011

 

Pour les curieuses ou les curieux : un clic sur une photo dans le portfolio vous donnera sa légende. 

[Certaines diapositives ont mal vieilli. Ni lifting ni botox : j'accepte pour elles comme pour moi "des ans l'irréparable outrage"...]

[Le code de validation du livre d'or est constitué des caractères qui apparaissent dans le cadre juste au dessus.]